Hermès

Analyse financière

Pour une meilleure lecture des tableaux et des histogrammes, nous vous conseillons de tourner votre téléphone en mode paysage ou de regarder cette page sur un écran plus grand.

L'essentiel

Hermès est un groupe français spécialisé dans les produits de luxe.

Le cours

Historique du chiffre d'affaires

Filtrer par date
En millions 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Moyenne 10 ans TCAm 10 ans
Chiffre d'affaires (CA) 1625 1765 1914 2401 2841 3484 3755 4119 4841 5202 13,1 %
Croissance du CA 7,3 % 8,6 % 8,5 % 25,4 % 18,3 % 22,6 % 7,8 % 9,7 % 17,5 % 7,5 %
EBITDA 486 530 555 786 1010 1248 1375 1475 1758 1932 15,7 %
Marge d'exploitation 29,9 % 30,0 % 29,0 % 32,8 % 35,5 % 35,8 % 36,6 % 35,8 % 36,3 % 37,1 % 33,9 %
Résultat net part du groupe (RNPG) retraité courant 284 291 291 424 576 742 793 865 983 1119 15,6 %
Marge nette 17,5 % 16,5 % 15,2 % 17,7 % 20,3 % 21,3 % 21,1 % 21,0 % 20,3 % 21,5 % 19,2 %
Cash Flow courant 286 303 459 631 724 746 859 939 1172 1464 18,1 %
Croissance du Cash Flow 3,0 % 5,8 % 51,6 % 37,6 % 14,7 % 3,1 % 15,1 % 9,4 % 24,8 % 24,9 %
Capitaux propres part du groupe (CPPG) retraités 1517 1627 1833 2122 2262 2316 2879 3428 3613 4274 11,6 %
Rentabilité des CPPG retraités 18,7 % 17,9 % 15,9 % 20,0 % 25,5 % 32,0 % 27,5 % 25,2 % 27,2 % 26,2 % 23,6 %
Dette nette -444 -390 -465 -800 -1009 -659 -997 -1400 -1548 -2288 16,3 %
Dette nette/EBITDA -0,91 -0,74 -0,84 -1,02 -1,00 -0,53 -0,73 -0,95 -0,88 -1,18 -0,88
Nombre d'actions 106 089 214 105 550 012 105 569 412 105 569 412 105 569 412 105 569 412 105 569 412 105 569 412 105 569 412 105 569 412
CPPG retraités/action 14,30 15,41 17,37 20,10 21,42 21,94 27,27 32,47 34,23 40,49 11,7 %
Croissance des CPPG retraités 6,7 % 7,8 % 12,7 % 15,7 % 6,6 % 2,4 % 24,3 % 19,0 % 5,4 % 18,3 %
RNPG retraité courant/action 2,68 2,76 2,75 4,02 5,45 7,03 7,51 8,19 9,66 11,17 16,4 %
Croissance du RNPG courant 9,3 % 3,1 % -0,3 % 46,0 % 35,7 % 28,9 % 6,8 % 9,1 % 17,9 % 15,7 %
Dividende/action 1,00 1,03 1,05 1,50 7,00 2,50 2,70 7,95 3,35 3,75 14,7 %
Taux de distribution 36,7 % 37,3 % 38,1 % 37,3 % 124,1 % 35,6 % 36,0 % 97,0 % 36,0 % 35,4 % 51,4 %
Croissance du dividende 5,3 % 3,0 % 1,9 % 42,9 % 366,7 % -64,3 % 8,0 % 194,4 % -57,9 % 11,9 %
Cours annuel moyen 88,88 90,84 91,63 123,94 197,71 238,51 252,21 249,60 323,34 345,52 18,5 %
Rendement 1,1 % 1,1 % 1,1 % 0,8 % 0,8 % 2,9 % 1,0 % 1,1 % 2,5 % 1,0 % 1,3 %
PER 33 33 33 31 36 34 34 30 33 31 33

La vision hiboo

Créé en 1837 par Thierry Hermès, il reste toujours un groupe familial : 67% de son capital est détenue par la famille Hermès. Hermès offre un large portefeuille des produits de luxe qui est distribué dans 50 pays à travers un réseau de distribution de 307 magasins et points de ventes autour du monde.

Au cours des dernières années, Hermès a eu une croissance soutenue et résiliente :

  1. Son chiffre d’affaires a cru en moyenne de 13,1% depuis 2007.
  2. Pendant la crise des « subprime », le groupe est resté solide et performant puisque son CA a augmenté d’un peu plus de 8% par an en 2008 et 2009, tout en surperformant le marché mondial du luxe qui s’est contracté au cours de ces deux années de 2% et 8%.

Cette forte résistance du groupe résulte notamment de l’orientation des ventes du groupe vers une clientèle fortunée dont la demande est soutenue et peu affectée par la conjoncture économique, mais également grâce à l’ouverture de nouvelles succursales (ouverture de 12 succursales dont 8 en Asie et une première implantation en Inde en 2008 – ouverture de 14 nouvelles succursales en 2009 dont 9 en Asie et une première implantation en Turquie).

En 2016, le chiffre d’affaires a progressé de 7,4% à taux de change courant par rapport à 2015 et s’est établit à 5,2 milliard d’euros. Le CA en 2007 était de seulement 1,6 milliards d’euros, soit une croissance impressionante de 225% en 10 ans. Le groupe a accompagné cette demande soutenue en augmentant ses capacités de production par l’ouverture de nouveaux sites et ateliers de production.

Le taux de croissance du RNPG retraité courant par action est de 16,4% sur 10 ans. Sur la même période, la rentabilité des capitaux propres a été en moyenne de presque 24%, le maximum ayant été atteint en 2012 à 32% et le minimum en 2009 à 16%. En 2016, elle s’est établi à 26,2%.

Ces performances sont d’autant plus remarquables que le groupe n’utilise aucun levier financier : son endettement net est fortement négatif avec une trésorerie de presque 2 milliards € en 2016.

    Au cours des dernières années, la croissance a été tirée par une demande toujours soutenue pour les produits du groupe mais également par une stratégie de renforcement de la présence d’Hermès dans les pays émergents, surtout asiatiques, à travers l’ouverture de magasins et de points de ventes. En effet, l’Asie concentre 40% des individus fortunés du monde, ce qui en fait une terre d’investissement pour le secteur de luxe et pour Hermès en particulier.                                                                        

    Cette prépondérance de l’Asie dans la consommation de produits de luxe semble pérenne et Hermès devrait donc poursuivre sa stratégie de renforcement de son implantation tout en maintenant un effort soutenu d’augmentation de ses capacités de production par la montée en puissance de nouvelles sites de production et des ateliers.

    On peut donc tabler sur une poursuite de la croissance des ventes, au moins en volume, au cours des prochaines années, même si du simple fait de la taille acquise par le groupe, cette croissance pourrait être un peu moins forte que dans les dix dernières années.

    Chiffre d’affaires et Résultat net

    Dette nette / EBITDA et Rentabilité des Capitaux Propres

    Price-earning ratio

    L'entreprise

    Spécialisée dans les produits de luxe, Hermès est un groupe français familial qui distribue ses produits dans 50 pays à travers une chaine de distribution de 307 magasins et points de ventes autour du monde. Hermès était à l’origine spécialisée dans la fabrication des équipements pour les chevaux (les harnais et les selles) d’où vient le logo du groupe. À partir des années 1920, l’activité du groupe est devenue de plus en plus diversifiée dans la fabrication de sacs, de bagages, de bijoux et d’autres produits de luxe. Depuis des décennies, l’activité de la maroquinerie et de la sellerie constitue cependant leur métier essentiel.

    Le groupe propose un portefeuille étendu de produits autour de 6 grands métiers. En 2016, la plus grosse partie de son chiffre d’affaires est réalisée dans 2 métiers : 50% du total de ces ventes au sein du métier maroquinerie et sellerie et 21% sont des ventes de vêtements et d’accessoires. La soie et textile représente 10% des ventes, les parfums 5%, les montres 3%. Les autres métiers tel que les bijoux, la cristallerie et les tanneries totalisent 11% des ventes restantes.

    Hermès bénéfice d’une diversification géographique mondiale ce qui réduit l’exposition du groupe au risque de mauvaise conjoncture dans une zone géographique. On note cependant la forte exposition du groupe au marché asiatique : Le poids de l’Asie au sein du groupe résulte d’une stratégie déterminée au cours des dernières années d’implantation de nouveaux magasins et de rénovation et d’agrandissement des magasins déjà existants, la part de l’Asie (hors Japon) dans les ventes totales était de 17% en 2007 et a donc doublé en 10 ans, ce qui représente aussi bien une opportunité de dynamisme à long terme qu’un risque temporaire. Ainsi, le groupe a réalisé 34% de son  chiffre d’affaires en 2016 en Asie (hors Japon) et 14% au Japon soit un total de 48%. L’Europe (hors France) représente 19%, l’Amérique 18% et la France 14%, mais une partie certainement significative des ventes en France provient de touristes notamment asiatiques.

    Chiffre d'affaires 2016 par secteur d'activité

    Chiffre d'affaires 2016 par zone géographique

    Principaux actionnaires (2017)

    Famille Hermès

    66,7%

    Famille Arnault

    1,87%

    Auto-détention

    0,95%

    Principaux dirigeants

    Gérant
    Axel Dumas

    Directeur Général Financier
    Eric du Halgouët

    Directeur Général Communication
    Charlotte David

    Directeur Général commercial
    Florian Craen

     

    Le secteur

    Au sein du marché du luxe, il existe plusieurs grands acteurs. Ce sont des groupes multimarques comme LVMH, Richemont et Kering. Mais il existe également de nombreux acteurs spécialisés et monomarque comme Todds ou Burberry. Au global, le marché du luxe est simultanément fragmenté et concentré autour de quelques groupe forts d’une diversification de leurs portefeuille de produits. Les sociétés européennes et américaines dominent 66% du marché mondial.

    La concurrence entre ces acteurs joue sur la valeur de la marque, la qualité et l’exclusivité des produits. Le prix ne joue pas, à ce jour, un grand rôle. Les sociétés du secteur du luxe ont un pricing power qui leurs permet d’augmenter les prix sans affecter négativement la demande : contrairement aux biens ordinaires, plus les prix de produits de luxe augmentent, plus la demande augmente, les clients appréciant l’exclusivité. Cette caractéristique du secteur lui permet de réduire son exposition aux variations des coûts de production et à la volatilité des prix de matières premières.

    L’industrie de luxe se caractérise par de fortes barrières à l’entrée en raison des coûts très élevés de marketing pour construire une nouvelle marque ayant une valeur pérenne ainsi que commerciaux pour établir les chaines de distribution nécessaires pour financer ces investissements marketing.

    Pour l’industrie du luxe, la clientèle est essentiellement aisée et donc moins sensible aux variations de la conjoncture que le consommateur moyen. Cependant : 

    1. Les produits de luxe ne sont pas des produits de première nécessité et leur acquisition est donc largement déterminée par des facteurs immatériels comme la confiance ou l’envie qui peuvent être volatiles.

    2. Une part minoritaire, mais croissante, des ventes de ce secteur est réalisée par la classe moyenne supérieur, surtout dans les pays asiatiques, et ces clients sont sensibles à toute variation macroéconomique.

    3. Une part également croissante des ventes est réalisée par des touristes, ce qui rend les ventes sensibles à des évènements politiques comme les attentas terroristes.

    Ainsi, le marché mondial du luxe a été affecté par les crises, son CA a  baissé de 2% et 8% en 2008 et 2009 respectivement. En 2016, le marché mondial a de nouveau contracté de 1% en raison de l’incertitude géopolitique mondial (le Brexit, les élections des Etats-Unis et les attentas terroristes en Europe). 

    Positionnement

    Malgré la forte renommée d’Hermès et sa croissance au cours des dernières années, le groupe a une taille modeste et ne détient que 4% du marché mondial de luxe.

    Selon un classement par chiffre d’affaires, le groupe se positionne seulement au 5éme rang français, derrière le leader mondial de luxe LVMH qui domine presque 30% du marché mondial, le pôle du luxe de l’Oréal, le pôle de luxe de Kering et Chanel. Mais le secteur de luxe occupe une grande importance en France et 5 sociétés françaises sont au top 10 des sociétés qui dominent le marché mondial de luxe.

    Au niveau mondial, Hermès occupe le 10ème rang après des groupes suisses tels que Richemont et Swatch et des groupes américains tels que Estée Lauder et Ralph Lauren.

    Par contre, en 2016, Hermès avait la meilleur marge opérationnelle par rapport à tous ses concurrents avec 32% contre presque 18% pour son grand concurrent LVMH. Cela met en valeur le positionement particulier et très haut de gamme d’Hermès. 

    • Ses grands concurrents sont des groupes multimarques, à titre d’exemple le groupe LVMH regroupe des marques aussi différentes que Givenchy et Christian Dior et Kering les marques Yves Saint-Laurent et Gucci. Hermès lui est monomarque et peut donc concentrer tous ses investissemets sur une seule image de marque ce qui en accentue la force de frappe.
    • Les produits d’Hermès sont vendus à un prix significativement plus élevé que la moyenne des produits similaires de ses concurrents : Cette caractéristique en accentue le caractère exclusif et va de pair avec une clientèle féminine et plus haut de gamme et donc moins sensible encore aux chocs économiques et politiques que celle de ses concurrents.

    Ainsi, alors que le marché du luxe a reculé au niveau mondial en 2008 et 2009, les ventes d’Hermès ont progressé de presque 8% pendant ces deux années, montrant la résilience de la clientèle la plus fortunée.

    Prospective

    La stratégie du groupe est de maintenir une croissance et une performance solide à long terme à travers l’accroissement de son activité, la mise en œuvre de cette stratégie repose sur plusieurs axes :

    1. S’internationaliser : à travers le renforcement de sa présence dans les pays émergents qui sont les plus porteurs. Hermès a ainsi renforcé sa présence au Liban, au Brésil et sur les marchés asiatiques pour profiter de leur dynamisme économique et démographique. Ce renforcement a été réalisé par l’ouverture d’un plus grand nombre de magasins et de points de ventes ainsi que par le renouvellement des magasins déjà existants.
    2. Renforcer la production : afin de répondre à la hausse de la demande, Hermès augmente régulièrement ses capacités de production et renforce son outil industriel surtout pour la maroquinerie et sellerie par la création de nouveaux ateliers et sites de production. Ainsi, au cours des dix dernières années le groupe a doublé ses effectifs dédiés à la production et actuellement 61% des effectifs du groupe sont concentrés dans les sites de production en France. Par ailleurs, Hermès acquiert des participations dans des sociétés possédant un savoir faire dans le luxe pour le maîtriser et garantir la qualité et l’exclusivité de ses produits. Hermès a pris une participation dans la société  J3L spécialisée dans la fabrication des pièces métalliques dédiés principalement à la maroquinerie et aux accessoires de mode, dans la société Perrin et Fils à 39,5% spécialisée dans le tissage et la société Pierre Hardy en 2016 spécialisée dans la création de chaussures et d’accessoires.

    3. Sécuriser les sources d’approvisionnements : Hermès dépend pour la réalisation de ses produits de matières premières telles que le cuir et la soie. Pour sécuriser ses approvisionnements et pour garantir leurs qualité, le groupe acquiert des fournisseurs et construit des partenariats à long terme : acquisition des tanneries d’Annonay en 2013, l’achat de la tannerie de Puy fournisseur historique de cuir de veau et de fermes d’élevages de crocodiles aux Etats-Unis.

    4. Diversifier : Hermès travaille aussi sur le développement des nouveaux métiers autres que ceux liés à sa principale activité de maroquinerie et dans le but de diversifier le portefeuille de produits offerts. Le groupe souhaite également développer et diversifier ses réseaux de distribution par le renforcement de sa présence sur les plateformes de e-commerce et de ventes en lignes, ce qui a également pour but de faciliter l’accès à un plus grand nombre de clients, surtout les jeunes, et de renouveler ainsi sa clientèle. Un mouvement d’autant plus attendu que le e-commerce a connu un développement rapide au cours des dernières années et les ventes en lignes ont présenté, en 2016, 8% des ventes totales du marché mondial du luxe contre seulement 4% en 2013. Hermès développe enfin une nouvelle marque en Chine sous le nom : Shang Xia son objectif est de créer un Hermès asiatique pour mieux capter ce marché stratégique à long terme et pour capitaliser sur le savoir faire chinois.

      La mise en œuvre de cette stratégie est facilitée par les atouts du groupe :

      1. Hermès a une rentabilité élevée et un situation financière saine et solide avec presque 2 milliards d’euros de trésorerie et seulement 40 millions € de dettes.

      2. Les ventes d’Hermès sont mondiales et réparties sur tous les continents.

      3. La société est très présente sur l’Asie, le marché le plus dynamique, qui représente 50% des ventes mondiales de produits et qui compte 40% des individus fortunés dans le monde.

      4. Avec la croissance des pays émergents, le nombre d’individus fortunés augmente dans le monde et ce sont les premiers clients d’Hermès, plus que les classes moyennes supérieures.

      5. Même si Hermès recourt faiblement à la sous-traitance, la société maitrise parfaitement son outil de production.

      Bien que le groupe montre une performance solide au cours des dernières années et une forte résistance pendant les périodes de crises, Hermès, et généralement le secteur de luxe,  peut faire face à quelques menaces :

      1.  La fluctuation de taux de change : puisque une part importante de son chiffre d’affaires est réalisée hors zones-euros ce qui fait que toute appréciation de l’euro peut affecter négativement leurs résultats, les coûts de production seront payés en euro plus cher et les revenus en provenance des pays hors l’euro seront plus faibles.

      2. Dépendance de tourisme : la contraction des flux de tourisme après les attentats terroristes en Europe était un des facteurs de la contraction du marché mondial de luxe, le marché de luxe en Europe dépend essentiellement de tourisme (50% de ses ventes sont en provenance des touristes).

      3. Le développement de marché de contrefaçon dans les pays en voie de développement, notamment en Chine où la protection des droits intellectuels et les marques est faible, ces produits peuvent être considérés comme des substituts de la marque originale pour les consommateurs qui cherchent le statuts social de la marque plutôt que la qualité.

      Conflits d'intérêts

      Détention d’actions de l’émetteur par l’analyste, hiboo et/ou ses salariés au moment de la rédaction et de la publication de la présente analyse financière ou de la recommandation qui peut lui être associée Détention d’actions de l’émetteur par l’analyste, hiboo et/ou ses salariés quinze jours après la publication de la présente analyse financière ou de la recommandation qui peut lui être associée Participation de l’émetteur au capital de hiboo Autres intérêts financiers importants entre l’émetteur et hiboo Rémunération de hiboo par l’émetteur au titre de la présente analyse financière Rémunération de hiboo par l’émetteur au titre d’autres prestations que l’établissement de la présente analyse financière Communication de l’analyse financière à l’émetteur préalablement à sa diffusion
      Non Non Non Non Non Non Non

      Cette analyse a été rédigée de manière collégiale par l’équipe hiboo, à partir des informations légales mises à disposition du public par l’émetteur (documents de référence, présentations aux analystes..) et conformément aux réglementations de l’AMF et au code de déontologie de hiboo (à consulter ici).

      Vidéos

      Critères